La vraie vie.

la-vraie-vie.jpg

Être aimée comme t'aurais voulu, j'crois qu'ça va pas être possible...
Oublie les conn'ries que t'as lues dans l'marc d'eau d'rose ou dans la bible.
Sûr qu'on est pas si différents, mais j'débarque pas d'un d'tes bouquins,
Chevalier déchu, prince errant, cherchant sa belle sous le crachin.

Bien-sûr que c'est perdu d'avance, chaque ivresse à sa gueule de bois.
On n’achète pas les circonstances ! J'essaye quand même de marcher droit.
Le champ d'honneur de feu nos rêves est tell'ment miné qu'y à peu d'chances
De voir se pointer la relève. Espérer nous f'ra des vacances!

On est dans la vraie vie,
L'air du temps qui sévit,
L'escalier qu'on gravit
La corde et les préavis
La vraie vie… hum… la vraie vie !
La vie, la vraie… j’suis navré !

Et si on oubliait tout ça, pour une fois qu'le moral des troupes
Au garde-à-vous un peu plus bas semble en accord avec ta croupe.
Madame qui s'pense épicurienne à sans doute un point d'vue très fin
Qui-explique tout, d'la mauvaise haleine jusqu'à l'aplomb des assassins.

Moi j'brandis mes doutes et mes dettes avec l'œil noir du condamné
Qui a pas franch'ment envie d'en être... mais pour une fois qu'il est premier!
Toi tu bois la pluie dans mes yeux en jubilant comme une pucelle
Qui a payé, qui veut toucher l'feu, qui a pas vu l'roussi sous ses ailes

C’est comme ça la vraie vie
La vie de nos envies
L’escalier qui dévie
Juste après le pont-levis
La vraie vie… hum… la vraie vie !
La vie, la vraie… j’suis navré !

Pour une fois qu'on s'marre sans payer, n’allons pas la gâcher cette fête
Tu mords à mort dans l'oreiller, moi je prémédite une levrette
Chacun prie son dieu sur des ruines, quand ça baigne on est plus mariol
Mais j'ai du mal à rester digne, d'vant ta moue gourmande et frivole.

C’est la vie, c’est la vraie,
Tu peux jurer, cracher,
Murmurer, t’emmurer ;
Compte pas sur moi pour pleurer !
C’est la vie… hum… la vie vraie !
La vie en vrai… j’suis navré !

Pour conclure avec ces conn'ries, j'dirais qu'on à beau croire en rien
Ces allers r'tours au paradis, c'est comme l'amour, ça va... ça vient...
ouais…
C'est bien!

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau