Un miracle au paradis.

un-miracle-au-paradis.jpg

On n’est jamais à l’abri

D’un miracle au paradis ;

On n’est jamais sûr de rien

Dans nos serments, dans nos liens…

 

Jusqu’à ces éclats de rires

Qu’on plante au sommet du pire

Pour conjurer le silence,

Emplir le carnet d’absence.

 

Je voudrais te dire toujours,

Déclencher le compte à rebours…

Je préfère te dire encore,

L’illusion est mon seul trésor !

 

On n’est jamais sûr de rien

Quand le dernier coup de rein

Nous plante au pied du nuage

Une ombre sur le visage.

 

Les habits qui nous font moines

Passent les non dits à la douane ;

Comme on aime, on se déguise

Dans nos cellules qui dégrisent.

 

Je voudrais te dire Je t’aime,

Paver une allée de poèmes

Mais je préfère être là,

Avoir les deux pieds dans le plat.

 

On n’est jamais les plus forts,

C’est la faim qui nous dévore,

Les appétits qui nous tiennent

Le nez collé aux persiennes…

 

Ce que je crois aujourd’hui

Suffit à chasser l’ennui,

A faire de nous les héros

De ce livre où on est beaux.

 

Je voudrais saler la route,

Lessiver le verglas des doutes.

Mais je préfère mon ivresse,

La vivre oubliant les averses !

Ajouter un commentaire