Notre temps!

colimacon.jpg

Ce colimaçon d’escalier
Qui nous ramène chez le taulier,
Au début on l’grimpait facile ;
Mais sûr qu’à vaincre sans péril…
Le triomphe manque de gloire !

Premier palier aucun souci
Mais vite on attrape le tournis ;
Plus haut, l’vertige attend son heure,
Avant d’concéder à la peur,
On s’en prend au hasard !

L’éternité s’apprête… à nous avaler.
Comme on ramasse les miettes d’un vieux coup d’balai.


Notre temps, printemps, été, automne, hiver…
Notre temps, le purgatoire avant l’enfer…
Notre temps… petit tour sur terre…
La mer, les galères…
Notre temps…
Celui qu’on paie content !

Le bonheur sous les feux d’la rampe,
Un canon pointé sur la tempe
Qui attends gog’nard son étincelle
Pour nous faire sauter la cervelle ;
La dame noire au comptoir…

Je sens son souffle sur ma nuque,
Son œil de vipère qui m’reluque ;
Au moindre signe de faiblesse
Je s’rais convoqué ad patrès
Lesté d’un corbillard !

L’éternité, c’est trop, on à rien d’mandé.
Comme le doute a bon dos, il se fait prier…


Notre temps, printemps, été, automne, hiver…
Notre temps, le purgatoire avant l’enfer…
Notre temps… petit tour sur terre…
La mer, les galères…
Notre temps…
Celui qu’on paie content !

Cet escalier dans sa cage où l’on est que de passage…
Cet escalier de fortune qui mène à la fosse commune…
Cet escalier singulier qui ruine les pieds, les souliers…
Cet escalier cahotant qui nous deale mal notre temps…

L’éternité, sans blague, tu parle d’un scoop !
Mais comme on aime les gags… sus à l’entourloupe !


Notre temps, printemps, été, automne, hiver…
Notre temps, le purgatoire avant l’enfer…
Notre temps… petit tour sur terre…
La mer, les galères…
Notre temps…
Celui qu’on paie content !

 

Ajouter un commentaire