Pauvre geisha

pauvre-geisha-1.jpg

 

 

 

Pauvre geisha

 

Un texte mis en musique par mon « oisillon » compositeur, BRYAN, 16 ans

Qui de sa Belgique s’offre ici un petit tour au pays de soleil levant plein de

Promesses J

Vous pouvez dire ce que vous voulez sur le texte, mais que faisiez-vous, où étiez-vous à son age ?

 

 

Venue d’un si pauvre village, la pluie couvrait ton doux visage

Promise à une vie meilleure, vendue… par un pauvre pêcheur

Tu pensais souvent à ton père, à ta sœur, à ton jeune frère…

Plus jamais… plus jamais… plus jamais ne les reverra, pauvre geisha.

 

Dans le vieux Japon d’avant guerre qui gardait sa part de mystère,

Le tourbillon des courtisanes, autour de toi ombre diaphane.

Dans cet empire vidé de sens, si loin déjà de ton enfance…

Plus jamais… plus jamais… plus jamais ne la reverra, pauvre geisha.

 

Le moindre geste à l’évidence paie son tribut aux apparences

Au jeu des émotions se mêlent les nuances éthérées du ciel.

Premier envol du papillon, dernier regard vers le cocon…

Plus jamais… plus jamais… plus jamais ne le reverra pauvre geisha.

 

Les hommes ont mordu depuis long  dans le fruit mûr des obsessions.

Ce droit au bonheur interdit le plus offrant à mis le prix

Pour cet objet de leurs désirs qu’enfin il a pris pour finir…

Plus jamais… plus jamais… plus jamais ne le reverra, pauvre geisha.

 

Les tristes années d’après guerre à divertir les militaires

Allongée pour le déshonneur dans le lit d’un simple artilleur

Qui promettait l’amour tout bas ; reparti un matin là-bas…

Plus jamais… plus jamais… plus jamais ne le reverra, pauvre geisha.

 

Cet univers de carnaval où les masques ne tombent pas… pauvre geisha…

Où l’on se mesure à l’étal de l’art de n’être jamais soi… pauvre geisha…

 

Doucement le temps nous endort, la danse passe et puis la mort

Inexorablement nous hèle, tes vœux à toi aussi l’appellent

Un dernier soupir vers le jour, aussi beau qu’il est resté sourd

Plus jamais… plus jamais… plus jamais ne le reverra, pauvre geisha.

 


 

Jean Denaves

 

 


 

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau