Je t'ai imaginée...

imaginee.jpg

Je t’ai imaginé derrière un tas d’poubelles,

Nue, en train d’uriner et carrément plus belle.

Le cul sur un étron maigre et inconsistant,

Tu t’épongeais le front sale et dégoulinant…

Et tu  manquait quand même !

 

Je t’ai imaginée centenaire et poilue,

Le nichon bas, fripé, dents collées à la glue.
Le regard glauque et mou et la voix lézardée,

Ta bouche entre deux joues ruminant le passé…

Mais tu manquait quand même !

 

Je t’ai imaginé dans les bras d’un crétin

Au sortir du ciné à la cafét’ du coin ;

Prête à tout avaler, les conn’ries et le reste

Buvant des mots usés et chacun de ses gestes…

Tu me manquait quand même.

 

J’ai imaginé le pire, histoire de tout dégommer,

De r’cracher touts ces souv’nirs, d’me r’faire une virginité…

Mais tu manquait encore… alors… tu manquais encore… ouais…

Tu manquait obstinément, de façon interminable,

Tu manquait éperdument, comme j’t’en croyait pas capable…

Tu manquait… passionnément… Tu manquait… évidemment…

Tu manquait… infiniment… Tu manquait… étonnamment…

Tu manquait… absolument… Tu manquait… résolument…

Tu manquait… négligemment… Tu manquait… tu manque tout l’temps !

 

Je t’ai imaginée barrée d’une épitaphe

Genre faut toujours garder une bonne poire pour la soif,

Un con pour le dîner et un gode pour l’hygiène,

Un âme à purifier à la claire fontaine !

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site