Aimer la nuit.

On marchande pas avec la nuit

Lorsqu’elle déploie son aile noire

Sur le brasier de nos envies,

L’autre moitié de nos miroirs.

 

La ténébreuse à ses raisons

Qui met les nôtres sous scellés ;

Elle a la s’ringue et le poison,

J’insiste pas plus, prends les clés !

 

Je suis sur le paillasson,

Coiffé d’un joli nuage.

J’essuie mes pieds, à quoi bon,

Ne tentons pas plus l’orage !

 

Encore un pas, la voici

Tissée d’ombres et de silences ;

Elle accueille mes insomnies…

J’apprends à lui faire confiance…

Aimer la nuit… aimer la nuit…

Aimer la nuit… aimer la nuit…

 

Le corsaire fantôme a sombré

Sur le pont où la mutin’rie…

Donnait son banquet au rabais

A la table où s’assied l’oubli.

 

Elle, elle fidèle à ses légendes,

Veille sur le sommeil des pendus,

Etend son mystère sur la lande…

Fais la cour aux âmes perdues !

 

Je suis sur le paillasson,

Coiffé d’un joli nuage.

J’essuie mes pieds, à quoi bon,

Ne tentons pas plus l’orage !

 

Encore un pas, la voici

Tissée d’ombres et de silences ;

Elle accueille mes insomnies…

J’apprends à lui faire confiance…

Aimer la nuit… aimer la nuit…

Aimer la nuit… aimer la nuit…

 

 

Quelquefois elle esquisse un rêve,

Nous raconte que le jour viendra

De la quitter lorsqu’il se lève,

D’écarter doucement les draps…

 

Les lèvres tremblantes, on accroche

Un pâle sourire à nos visages ;

Si la fin de l’errance approche,

Quel demain, quel nouveau voyage ?

 

A nouveau le paillasson

Mais le nuage est passé.

J’essuie mes pieds, avançons,

Le regard encore baissé.

 

Encore un pas, me voici

Sorti d’ « ombre et de silence »,

De ce sommeil qui nous fuit,

De l’accord des confidences…

Aimer la nuit… aimer la nuit…

Aimer la nuit… aimer la nuit…

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×