Dans ma cabane...

dans-ma-cabanne-1.jpg

J’partage avec les grizzly, l’appel des grandes solitudes

            Des vents mauvais et d’la pluie, loin des grands carr’fours du sud…

  Dans cette forêt d’ennui où j’trimballe l’hébétude

  D’une vie en dents de scie, à frotter les troncs rudes… ouais !

J’suis aussi rugueux qu’l’écorce de ces arbres millénaires

Eux qui m’on donné la force de continuer à me taire…

  Je m’souviens d’un brave gosse qui arpentait les lisières

  En quête de plaies, de bosses, d’aventure pour pas cher.

 

DANS MA CABANE AU FOND DES BOIS

CINQUANTE ANS D’RONDINS CRAQUENT AUX VENTS

C’EST FOU C’QU’ON PEUT FAIRE DE DIX DOIGTS

QUAND MARS VOUS PROMET LE PRINTEMPS.

 

 

 

Les loups passent sans y penser près d’mon repaire de brigand

Sans jamais s’faire annoncer ni même montrer les dents…

  J’les ai vu s’rassembler sous leur manteau d’argent,

  Y disent que j’suis cinglé, ouais, ça m’va comme un gant.

 

DANS MA CABANE AU FOND DES BOIS

J’HURLE AVEC EUX MA SOLITUDE

A G’NOUX QUAND LA MORSURE DU FROID

 

ME RAPPELLE QU’IL EST LOIN LE SUD.

 

Si les années comptent pour deux, ça fait mille ans que j’suis là

   Sur la terre de mes ailleux, dans l’jardin quatre ou cinq croix…

  J’pourrais mourir heureux, si j’avais un p’tit gars

  Pour me fermer les yeux sur le monde ici-bas.

 

DANS MA CABANE AU FOND DES BOIS

J’AURAIS PARTAGE LA DOUCEUR

D’UNE FILLE MEME PAS BELLE, JUSTE A MOI

COMME LES MATINS, LES JOURS, LES FLEURS…

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×