J'aurais aimé...

j-aurais-voulu.jpg

J’aurais aimé tondre mémé,

Le teuton qui l’a bien aimé

A laissé son petit grain d’sel

Dans l’tiroir à polichinelles.

 

Celui qui deviendrait mon père

Est né un matin d’après-guerre,

On l’a r’filé à l’assistance ;

Papy faisait d’la résistance ! Papy faisait… d’la résistance !

 

En ce temps là, les blondinets

Aux yeux clairs, au teint calciné

On leur tapait pas sur les cuisses,

On l’avait surnommé « le fritz ».

 

Y avait des ritals, des ruskov,

Des espingouins, des gars du golfe,

La milice bien intentionnée

Des enfants de la liberté… Des enfants de… la liberté.

 

Mon père à payé pour ses pairs

Et pour son putain d’caractère.

Mais comme il était dur au mal

On lui a vite montré l’portail.

 

C’est une fermière qui l’a marié,

Aux bras courtauds, plutôt musclés.

Y avait b’s’oins d’main d’œuvre ouvrière

D’rentrer l’foin après la prière… d’rentrer l’foin a… près la prière.

 

Y f’sait chabrot avec le schnaps,

Crachait dès qu’on parlait du pape,

Me prenait pour un punching-ball

M’disait qu’ça sert à rien l’école.

 

Un jour j’ai fait mon baluchon,

Tout cabossé du cabochon.

J’ai jamais plus donné d’nouvelles

Jusqu’à ce jour, devant la stèle ! Jusqu’à ce jour… devant la stèle !

 

J’aurais aimé que mon histoire

S’accroche un peu plus à l’espoir.

J’aurais aimé qu’on m’aime un peu

Mais même un peu, y a eu non-lieu ! Mais même un peu… y a eu non-lieu !

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×